Scolarité : quels sont les dispositifs mis en place pour l’égalité des chances ?

Le droit à l’éducation est un droit fondamental prôné par presque toutes les constitutions des pays qu’ils soient qualifiés de développés ou de tiers monde. Droit inaliénable, qui avec l’égalité des chances est censé être la clé de voûte du développement durable. Quels sont donc les moyens ou les dispositifs mis en place pour qu’il y ait une égalité des chances au niveau de la scolarisation ?

 Égalité des chances : un devoir

L’accès à la scolarisation pour tous est un devoir, que ce soit pour les pouvoirs publics en place, ou pour les parents. Mais plusieurs cas de figure peuvent faire que même s’il y a obligation d’envoyer les éleves à l’école, l’égalité des chances ne soit pas au rendez-vous. En effet, que ce soit dû au moyen des parents, au calme lié au quartier, ou à l’environnement de tous. Frein à l’égalité des chances, ces facteurs, qu’ils sont de naissance ou pas, peuvent être limités par plusieurs dispositifs mis en place par l’État.

 Les dispositifs mis en place pendant les études

Afin de limiter les mauvaises influences que l’environnement peut exercer sur le résultat d’un élève, il a été mis en place un système de placement appelé internats de la réussite. Ce système a été mis en place afin de permettre à des étudiants provenant de quartier ou de territoire défavorisés d’avoir les mêmes chances que ceux qui ont été mieux dotés. Ces mises en internats sont d’ailleurs assorties d’un accompagnement renforcé, via des aides systématiques. De plus, l’épanouissement en tant que personne membre de la société, et citoyens sont organisés via des activités sportives, sociales ou culturelles.

Pour ceux et celles qui ont abandonné leurs études, depuis 2014, le droit au retour en formation initiale pour les jeunes de 16 à 25 ans qui ont abandonné l’école sans diplôme, est appliqué.

 Les dispositifs mis en place pour encourager les études

Un système de récompense a été mis en place pour encourager les meilleurs à poursuivre leurs études malgré les différents freins qui peuvent survenir. En effet, pour ceux et celles qui ont réussi leur scolarisation dans l’enseignement du second cycle, c’est-à-dire pour les bacheliers, des dispositifs ont été mis en place afin de permettre l’égalité des chances pour l’accès aux études supérieures.

Ce sont la cordée de la réussite, qui dans un souci de continuité, facilite l’accès à des filières d’excellence, afin que leur origine modeste ne soit pas un frein à une envie ou une ambition y afférente. Il y a aussi, le dispositif « meilleurs bacheliers », qui permet aux dix meilleurs élèves de chaque filière de chaque établissement scolaire, d’avoir accès à une formation sélective, ou d’y être réorientés s’ils le souhaitent.

Même ceux qui viennent des territoires d’outre-mer n’ont pas été oubliés grâce au Service Militaire Adapté (SMA) en outremer

Migrant, émigré, exilé : quelles différences ?
Aménagement du territoire : l’équité sociale trop absente des plans d’aménagement urbain